L’histoire de la Coupe du monde 1998

Ci-dessous le récit, ou plutôt le témoignage d’un amateur de ballon rond qui nous raconte via cet article son expérience unique de la coupe du monde édition 1998. Lets’ go !!!
D’ici le début de la Coupe du monde, nous allons revenir sur les tournois précédents avec l’aide de certains personnages clés et des images d’archives de la BBC. Aujourd’hui, nous nous entretenons avec deux hommes impliqués dans le match du tournoi, et nous nous souvenons de l’époque où les Bleus ont tout balayé devant eux.

France, juin et juillet 1998

Cette Coupe du monde s’est terminée par l’heure de gloire du pays organisateur et a laissé tout le monde dans l’incertitude quant au mystère des minutes manquantes de Ronaldo. Mais France 98, c’est bien plus qu’une finale à sens unique où les Brésiliens ne sont pas venus.
Les Néerlandais nous ont offert d’autres moments à savourer, mais ils ont encore échoué, tandis que les nouveaux venus, les Croates, ont annoncé leur arrivée avec un parcours éblouissant jusqu’en demi-finale. L’Angleterre ? Elle est partie plus tôt que prévu, mais avec un nouveau héros qui lui a donné de l’espoir pour l’avenir – et un méchant sur qui rejeter toute la responsabilité de son élimination.
Pour un homme, cependant, le tournoi était terminé avant même d’avoir commencé. Paul Gascoigne avait été la star de la dernière Coupe du monde de l’Angleterre, en Italie, huit ans plus tôt, mais son manque de forme et d’entraînement – peut-être dû à un penchant pour les kebabs de fin de soirée – l’a empêché de faire partie de l’équipe du manager Glenn Hoddle. Cette décision a suscité la colère de beaucoup, y compris celle de Gazza lui-même, qui, pour la première fois, n’a pas vraiment caché ses émotions.

Gascoigne était l’une des victimes lorsque l’équipe de 28 joueurs a été réduite à 22 à la fin d’un camp d’entraînement à La Manga

En Espagne, mais Hoddle a choisi une façon unique de faire savoir à ses joueurs s’il aurait besoin d’eux cet été.
Le défenseur d’Arsenal Martin Keown, qui venait de réaliser la meilleure saison de sa vie et d’aider les Gunners, inspirés par les Gaulois, à remporter le doublé, a été l’un des heureux élus. “C’était un moment assez surréaliste”, m’a dit Keown, décrivant une scène qui ressemble à Big Brother la nuit de l’expulsion. “Nous étions tous assis autour de la piscine, attendant notre heure pour aller voir le manager. Si un joueur revenait et récupérait ses affaires, il allait en France. Sinon, il rentrait chez lui.
“Je suis allé dans ce qui restait de la chambre de Hoddle après Gazza, car il avait tout saccagé. Quand on m’a dit que j’allais participer à ma première Coupe du Monde, j’ai regardé autour de moi en me demandant ce qui avait bien pu causer ce désastre. Nous ne savions pas exactement ce qui s’était passé à l’époque parce que Hoddle ne nous l’avait pas dit.”
J’avais aussi des problèmes. Pour regarder les trois Coupes du monde précédentes pendant mon enfance, il avait fallu négocier une heure de coucher plus tardive avec mes parents en 1986 (difficile mais possible), arracher la télécommande de la télévision à ma sœur en 1990 (plus difficile) ou ignorer des examens imminents en 1994 (trop facile). C’était la première fois, en tant qu’adulte soi-disant mûr, que j’étais confronté au problème du travail qui coïncidait avec des matchs importants, et j’ai bien peur de dire que je l’ai géré avec le même genre de professionnalisme (ou de manque de professionnalisme) qui a fait fuir Hoddle et Gazza. J’avais obtenu mon premier emploi dans un journal quelques semaines auparavant, et j’ai été envoyé à Darlington la veille du tournoi pour commencer un cours de six mois sur la façon d’être journaliste (et oui, je sais que je n’ai pas appris grand-chose !)
Jusqu’ici, tout allait bien – mais, malheureusement, la conférence au cours de laquelle nous avons été présentés à nos directeurs d’entreprise comme la dernière génération de jeunes reporters stagiaires enthousiastes (et bon marché) a coïncidé avec le match d’ouverture – Brésil contre Écosse.
Je ne voulais pas rater ce match pour une quelconque discussion d’entreprise, je me suis donc éclipsé pendant la première pause biscuit et je suis arrivé au pub le plus proche juste à temps pour voir le but de Cesar Sampaio à la quatrième minute. Malheureusement, je me suis fait gronder avant même que John Collins n’égalise sur penalty et j’ai été rappelé à ma réunion, où j’ai été traité comme un vilain écolier pour le reste de l’après-midi.
La journée s’est terminée tout aussi mal pour l’Écosse, qui – en mon absence – semblait prête à arracher un match nul contre les tenants du titre, mais qui s’est inclinée sur un but contre son camp de Tom Boyd en fin de match, et qui a dû se contenter d’un match nul contre la Norvège.
Une fois de plus, les Écossais ne parviennent pas à passer le premier tour, mais l’Angleterre se fraye un chemin jusqu’à ce qui sera le match du tournoi contre l’Argentine en huitièmes de finale. Ce match a offert beaucoup de choses en 120 minutes palpitantes de jeu ouvert, y compris le but miraculeux de Michael Owen, 18 ans, un coup franc argentin délicieusement travaillé et, bien sûr, le coup de pied ironique de David Beckham à Diego Simeone qui l’a fait expulser après la mi-temps.
“Avant même que le carton rouge ne soit montré, je me souviens avoir eu pitié de David parce que je savais que ce qu’il avait fait serait le moment décisif du match”, m’a confié Keown, qui assistait à la rencontre depuis le banc de touche du stade Geoffroy-Guichard de Saint-Étienne. “La défaite allait toujours être considérée comme sa faute”.
C’est exactement ce qui s’est passé, mais seulement après une séance de tirs au but dont tous ceux qui, comme moi, l’ont regardée à la télévision se souviendront non seulement pour l’arrêt décisif de Carlos Roa devant David Batty, mais aussi pour le commentaire malheureux de Kevin Keegan qui l’a précédé.

L’Angleterre a été éliminée aux tirs au but pour la troisième fois en huit ans

Mais s’agissait-il plutôt d’un manque de chance ou d’un manque de préparation . “Nous les avions pratiqués, mais cela ne nous a pas servi à grand-chose”, a expliqué Alan Shearer, alors capitaine, lorsque je l’ai rencontré la semaine dernière. “Les joueurs que nous voulions prendre n’étaient pas tous encore sur le terrain. *
“Heureusement, je n’ai jamais raté une séance de tirs au but (il a marqué deux fois à l’Euro 96 et a tiré le premier penalty de l’Angleterre en 1998), mais la pression est beaucoup plus forte que dans une situation normale. Je savais, lorsque je me suis présenté contre l’Argentine, qu’il y avait 20 millions de personnes qui regardaient à la maison et, croyez-moi, mon cœur battait beaucoup plus vite que d’habitude.”
Parmi les autres grosses cylindrées, seule l’Espagne n’a pas réussi à atteindre le deuxième tour, tandis que la France a dû recourir au premier but en or de la Coupe du monde en prolongation pour battre le Paraguay. Les hommes d’Aimé Jacquet sont les meilleurs buteurs de la phase de groupes, mais il est désormais évident que, malgré la réputation de la France en matière d’actions syndicales, il leur manque un attaquant de qualité. Ils ont dû recourir aux tirs au but pour se débarrasser d’une équipe italienne décevante en quart de finale, alors qu’ils dominaient le match.

Ailleurs, les buts s’enchaînent, mais aucun n’est meilleur que le but de Dennis Bergkamp contre l’Argentine, qui a propulsé les Pays-Bas en demi-finale. J’ai failli rater celui-là aussi, mais j’ai finalement assisté à la toute fin du match dans ce qui est aujourd’hui une espèce en voie de disparition, mais qui a été le dernier refuge de nombreux supporters désespérés au fil des ans : mon magasin de télévision de quartier. C’était en fait le lieu idéal : Je me suis retrouvé entouré de douzaines d’écrans montrant des répétitions apparemment interminables de Bergkamp qui récupère la passe parfaite de 50 mètres de Frank de Boer, s’infiltre dans Roberto Ayala et reprend de volée sans effort devant Roa. Le Croate Davor Suker, qui a inscrit six buts au total et a reçu le Soulier d’or, a mis fin à la déroute des champions d’Europe allemands (qui étaient, il faut le reconnaître, réduits à dix) en s’imposant d’une belle frappe individuelle.

 

Related Articles

Histoires de la Coupe du monde de la Fifa 2018 qui ont fait les gros titres pour des raisons autres que le football.

Du gardien de but iranien qui était autrefois sans domicile fixe mais a arrêté le penalty de Ronaldo à un fan aveugle qui a suivi le tournoi de manière non conventionnelle, ces histoires ont tiré sur la corde sensible des lecteurs. Le football, en tant que sport, est peut-être l’idée la plus ennuyeuse conçue par […]
Read more

Historique

Le CRMBM (Centre de Résonance Magnétique Biologique et Médicale) a été créé en 1985 sur le campus de la Faculté de Médecine de Marseille, à côté des Hôpitaux Universitaires de la Timone (hôpital pour adultes et hôpital pour enfants), le plus grand établissement médical d’Europe du Sud. Le CRMBM est géré et financé conjointement par […]
Read more

COMMENT JEAN-PIERRE PAPIN EST DEVENU L’UN DES PLUS GRANDS BUTEURS DE L’HISTOIRE DU FOOTBALL FRANÇAIS

Plus de 300 buts en 500 matchs en club et en sélection, six titres de champion, une médaille de vainqueur de la Ligue des champions et un Ballon d’Or ont fait de Jean-Pierre Papin l’un des plus grands joueurs français de tous les temps, au même titre que Platini et Zidane. Mais contrairement à ces […]
Read more

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Search for: