Histoires de la Coupe du monde de la Fifa 2018 qui ont fait les gros titres pour des raisons autres que le football.

Du gardien de but iranien qui était autrefois sans domicile fixe mais a arrêté le penalty de Ronaldo à un fan aveugle qui a suivi le tournoi de manière non conventionnelle, ces histoires ont tiré sur la corde sensible des lecteurs.
Le football, en tant que sport, est peut-être l’idée la plus ennuyeuse conçue par l’esprit humain. Pensez-y : Vingt-deux hommes courant après une balle de cuir. Mais ce qui en fait un événement intriguant, un spectacle en quelque sorte, ce sont les histoires qu’il tisse. Les histoires que les gens se racontent. Il s’agit parfois d’anecdotes sur la façon de surmonter un déficit de croissance, ou sur une équipe qui passe de la ligue 2 au titre de première division, ou encore sur des personnes qui suivent leur équipe à travers le monde, dans la victoire comme dans la défaite. Toutes sortes de récits, à la fois réconfortants et déchirants. Les histoires ont fait la civilisation et elles ont fait le football aussi.
La Coupe du monde de football 2018 en Russie touche à sa fin. Dans trois jours, le grand spectacle sera terminé. Nous nous penchons sur les histoires et les événements les plus mémorables que cette édition a jetés : sur et en dehors du terrain.

1. Obi Mikel joue pour le Nigeria alors que son père est retenu en otage :

Le Nigeria a quitté le tournoi en Russie après avoir perdu 1-2 contre l’Argentine. Après le match, le capitaine John Obi Mikel a déclaré que son père avait été kidnappé quelques heures seulement avant qu’il ne mène le Nigeria à son dernier match de la phase de groupe de la Coupe du monde contre l’Argentine.
“J’ai joué alors que mon père était aux mains de bandits”, a déclaré Mikel. “J’ai dû supprimer le traumatisme. J’ai reçu un appel quatre heures avant le coup d’envoi pour me dire ce qui s’était passé.”
Selon le rapport, Mikel a appris la nouvelle alors qu’il se rendait au stade dans le bus de l’équipe. On lui a demandé d’appeler les kidnappeurs à un numéro désigné et, ce faisant, on lui a demandé de verser une rançon.
“J’étais émotionnellement désemparé et j’ai dû prendre la décision de savoir si j’étais mentalement prêt à jouer. J’étais confus. Je ne savais pas quoi faire mais, à la fin, je savais que je ne pouvais pas laisser tomber 180 millions de Nigérians. Je devais me sortir cela de la tête et aller représenter mon pays avant tout. Je ne pouvais même pas informer les entraîneurs ou le personnel de la NFF et seul un cercle très restreint de mes amis était au courant”, a déclaré Mikel.
“On m’a dit qu’ils tueraient mon père sur-le-champ si j’en parlais aux autorités ou à qui que ce soit. Je ne voulais pas non plus en parler à l’entraîneur (Gernot Rohr) car je ne voulais pas que mon problème devienne une distraction pour lui ou le reste de l’équipe”, a-t-il ajouté.
Le père de Mikel a été libéré sain et sauf mais a été hospitalisé suite aux tortures subies lors de sa capture.

2. Le gardien de but iranien qui s’est enfui de chez lui à 12 ans arrête le penalty de Ronaldo :

Cristiano Ronaldo a couru pour tirer un penalty contre l’Iran lors d’un match de groupe de cette Coupe du monde. Le gardien de but iranien Alireza Bieranvand, âgé de 25 ans et mesurant 1,80 m, a bloqué le tir du joueur mondial de l’année et est devenu instantanément un héros. Mais des années de lutte ont conduit à ce moment unique.
Beiranvand est né dans une famille de nomades dans une province rurale de l’ouest de l’Iran. Il a trouvé du temps libre pour jouer au football tout en travaillant comme berger, rejoignant une équipe locale dans le village de Sarab-e Yas lorsqu’il avait 12 ans, rapporte le Guardian.
Lorsque son père s’est opposé à ce qu’il devienne footballeur professionnel, Beiranvand a emprunté de l’argent à un parent et s’est enfui à Téhéran, la capitale de l’Iran. Arrivé sans argent ni logement, le jeune joueur a installé un camp devant le club de football où il s’entraînait.
Il a finalement été autorisé à s’entraîner avec une équipe à plein temps. Mais Bieranvand a dû prendre des emplois dans une usine de couture, une station de lavage de voitures et une pizzeria pour joindre les deux bouts. Sept ans et bien d’autres difficultés plus tard, il s’interpose entre Ronaldo et son but et bloque son tir.

3. La célébration controversée du but de Shaqiri et Xhaka contre la Serbie :

Les parents de Granit Xhaka sont albanais et son père était un prisonnier politique, ayant été arrêté en ex-Yougoslavie. Les parents de Xherdan Shaqiri sont des Albanais kosovars qui se sont réfugiés en Suisse avant le début de la guerre du Kosovo en 1998. Son père travaillait dans des cuisines et sa mère nettoyait des bureaux, Shaqiri et ses frères l’aidant.
Ainsi, lorsque les deux joueurs ont marqué un but chacun pour battre la Serbie 2-1, ils ont célébré l’événement en faisant un signe d’aigle à deux têtes. Ce symbole, que l’on retrouve sur le drapeau albanais, est controversé, la Serbie ne reconnaissant pas l’indépendance du Kosovo. Certains ont salué le geste du duo, tandis que d’autres l’ont condamné pour avoir introduit la politique dans le football. Mais pour le duo, “ce n’était que de l’émotion”. La Fifa leur a infligé une amende de 10 000 dollars chacun. Mais les gens ont réagi en lançant une collecte de fonds en ligne pour payer l’amende des joueurs.
De plus, Shaqiri portait des bottes avec le drapeau suisse et celui du Kosovo, étant né dans ce dernier pays. Les joueurs mexicains célèbrent après avoir remporté le match du groupe F entre l’Allemagne et le Mexique lors de la Coupe du monde de football 2018 au stade Luzhniki à Moscou, en Russie, dimanche. Les joueurs mexicains célèbrent après avoir remporté leur match contre l’Allemagne.

4. Des fans provoquent un tremblement de terre artificiel au Mexique alors qu’ils célèbrent le but de l’équipe :

Le joueur vedette du Mexique, Hirving Lozano, a marqué contre les puissants Allemands lors de la phase de groupe de la Coupe du monde de la Fifa qui les a vus gagner contre les champions en titre. De retour chez eux, les Mexicains ont sauté de joie et leur célébration a fait trembler le sol suffisamment fort pour déclencher des détecteurs de tremblement de terre et créer un “tremblement de terre artificiel”.Selon l’Institut d’études géologiques et atmosphériques, des capteurs sismiques très sensibles ont enregistré des secousses sur deux sites de Mexico, sept secondes après la 35e minute du match.

5. Les fils d’un célèbre supporter brésilien poursuivent son héritage :

C’est lors du match de la Coupe du monde Fifa 2014 perdu 1-7 contre l’Allemagne au Maracana que le monde a appris à connaître Clovis Acosta Fernandes. Fernandes avait suivi le Brésil pendant les sept dernières Coupes du monde consécutives. Il avait vu le Brésil soulever la Coupe du monde à deux reprises (1994 et 2002). Fernandes, les yeux en larmes, embrassant une réplique du trophée de la Coupe du monde, est devenu l’image durable d’un Brésil déchu après l’un des résultats les plus choquants du tournoi quadriennal. Avant de quitter le stade, Fernandes a remis la réplique du trophée à un supporter allemand. Prends-le pour la finale”, lui a-t-il dit. “Comme vous pouvez le voir, ce n’est pas facile, mais vous le méritez, félicitations !”. Un an plus tard, Fernandes perd un combat de neuf ans contre le cancer et meurt à l’âge de 60 ans. Mais ses deux fils ont poursuivi son héritage. Frank et Gostavo Fernandes se sont rendus en Russie pour soutenir l’équipe nationale brésilienne lors de la Coupe du monde de la Fifa 2018. De plus, ils avaient une nouvelle réplique du trophée.

Related Articles

COMMENT JEAN-PIERRE PAPIN EST DEVENU L’UN DES PLUS GRANDS BUTEURS DE L’HISTOIRE DU FOOTBALL FRANÇAIS

Plus de 300 buts en 500 matchs en club et en sélection, six titres de champion, une médaille de vainqueur de la Ligue des champions et un Ballon d’Or ont fait de Jean-Pierre Papin l’un des plus grands joueurs français de tous les temps, au même titre que Platini et Zidane. Mais contrairement à ces […]
Read more

Historique

Le CRMBM (Centre de Résonance Magnétique Biologique et Médicale) a été créé en 1985 sur le campus de la Faculté de Médecine de Marseille, à côté des Hôpitaux Universitaires de la Timone (hôpital pour adultes et hôpital pour enfants), le plus grand établissement médical d’Europe du Sud. Le CRMBM est géré et financé conjointement par […]
Read more

L’histoire de la Coupe du monde 1998

Ci-dessous le récit, ou plutôt le témoignage d’un amateur de ballon rond qui nous raconte via cet article son expérience unique de la coupe du monde édition 1998. Lets’ go !!! D’ici le début de la Coupe du monde, nous allons revenir sur les tournois précédents avec l’aide de certains personnages clés et des images […]
Read more

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Search for: